lundi 1 avril 2013

MA RETRAITE FRANCAISE



J'ai 52 ans mon exemple personnel, va en faire réfléchir plus d'un!!!!!

Je cotiserai au régime général jusqu'en 2017 (chômage), s'il n'y avait pas eu de réforme en 2008 et ensuite en 2009, j'aurais pu prétendre un départ avec 62 % de mon dernier salaire pour le régime particulier et environ 10% sur le régime général SS et complémentaire.


Réforme de 2008, les 2 régimes sont pris en considération ensemble pour le calcul de ma retraite et comme la base du régime général est à 62 ans à l'époque, ceci impacte sur le montant de ma retraite, c'est à dire toujours pour un départ en 2017, le nouveau montant tous régimes confondus est de 58%.

Nouvelle réforme de 2010, avec allongement du nombre de trimestres cotisés, avec un départ toujours en 2017, je partirai avec 46% des 25 derniéres années!

Je me prends du malus et une décote!

Si je veux prétendre un minimum de 62 ou 63%, il faudra que je rallonge de 5 années pour un départ à 62 ans.

Je bosse dans la sidérurgie depuis 10 ans en feux continus postés, sur les fours électriques, les coulées continues, dont 20 années à l'extérieur à tous vents, été comme hiver.


Reparlerons de la pénibilité, nouvelle réforme annoncée, mais qui tarde à venir, pas un bon présage pour moi, et en ce qui concerne tous les autres salariés, tous régimes confondus, et que ce soit du privé ou du public!!




Les réformes à minimas ne sont là que dans l'optique de ramasser les cotisations afin de combler les trous, avec l'espérance que vous ne vivrez pas jusqu'à la retraite, ou que le nombre d'années en retraite soit le plus court possible.


Si la crise continue, inéluctablement vous aurez une retraite avec un minimum à vivre et Art 205 du Code Civil en roue de secours !



Albert FRAPAIN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire