mardi 16 avril 2013

ET ILS SE PLAIGNENT !


«L'insertion professionnelle »


N'est pas du resort de l'Enseignement Superieur !!!


C'est aux entreprises de prendre en charge cette formation qui est spécifique a chaque process de fabrication.


Les La ministre Geneviève Fioraso a décidé de « refonder le paysage français de l'enseignement supérieur ».


Pour cela, elle a organisé l'automne dernier une grand-messe, les Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche: 500 réunions et débats, 20 000 personnes, 106 organisations auditionnées. Résultat: un rapport de 85 pages et 135 propositions.
On n'y trouve... qu'une seule proposition concernant l'insertion professionnelle des diplômés.
Puis le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a chargé un parlementaire chevronné, Jean- Yves Le Déaut,?« de faire émerger de ces assises les éléments qui pourraient être traduits en mesure législatives »
.. Résultat: un nouveau rapport pour inspirer la loi, un pavé deux fois plus épais que le précédent, contenant 117 propositions.
Un gros travail dans lequel les termes?« insertion professionnelle » ne figurent à nouveau... qu'une seule fois.
Nulle part il n'est fait état de l'intérêt à renforcer la relation entre le monde de l'emploi et l'université.
Ou de la nécessité de suivre le devenir des diplômés
PATRICK FAUCONNIER



Vous avez tout faux
Les entreprises ont déjà beaucoup de mal a évalué leurs besoins en cadre à 5 ans, alors qu'elles fournissent à leurs banquiers des estimations de CA tous les ans... à 5 ans.
Les patrons par les biais de CCI, leur organisation syndicale.
les Chambres des métiers sont co-financeurs, organisateurs et concepteurs de 60% des formations professionnelles.
Ils sont les patrons de combien de grandes écoles de commerce, ou de managments ? 
ET ILS SE PLAIGNENT !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire