samedi 10 mai 2014

Les mal logés Corses


LE DROIT AU LOGEMENT



La polémique anti constitutionnelle de la

préférence départementale au droit au 

logement pour les insulaires.



C'est un faux problème que sait résoudre très bien le capitalo-Libéralime Débridé qui nous gouverne.


La distorsion du marché de l'habitat dont souffre la Corse n'est que le résultat de notre sacro-sainte loi de L'OFFRE & LA DEMANDE !

Lorsqu'un été 1990 à MEGEVE, les restaurateurs se sont retrouvés à devoir remettre leur tablier et leur toque, s'ils voulaient ouvrir pour la saison,

«  ils ont dû payer et loger leurs employés, »


Les Nantis qui se sont payé de belles résidences en Corse ont enrichi les insulaires, les artisans et les commerçants vont devoir s'ils veulent être servis, nourris et bichonnés de mettre la main à la poche.


Des taxes existent pour venir résoudre cette distorsion et aussi l'obligation pour les communes de pourvoir à la construction de X % de logements sociaux.


Le logement opposable assorti d'un plafonnement du loyer au revenu du ménage de 25 % charges incluses et proportionnel aux fratries.


C'est une solution néerlandaise qui s'est trouvé confrontée au même problème. 

L'APL et toutes nos taxes et contributions au logement peuvent être mobilisées et en plus ça favorisent la mixité sociale.


C'est le PARIS de Haussmann avec ses beaux 

immeubles sur avenues et ces 3 à 5 cours et 

escaliers : le baron et le barbier du coin de la 

rue avaient la même adresse !


1 commentaire:

  1. Un scientifique toulousain du CHU, le professeur Antoine Berry, vient de révéler la présence d'une maladie tropicale, la bilharziose, jusqu'alors inconnue en France. Huit vacanciers toulousains ont été infectés après des séjours en Corse.

    Il va y avoir des logements pour les corses!

    RépondreSupprimer