jeudi 29 mai 2014

MEDEF et CCI dans le même sac de noeuds




Les CCI du patronat enfin épinglées ..
.


Ses représentants s'élèvent contre les 

conclusions d'un rapport mené conjointement

 par l'Inspection Générale des Finances (IGF), 

des Affaires Sociales (Igas) et du Conseil 

Général de l'Economie (CGEIET).
 


Les conclusions sont particulièrement sévères à l'encontre

 des CCI (MEDEF), 
 

Les inspecteurs mandatés pour la réalisation de ce rapport pointent de nombreuses carences dans la gestion des CCI… par des patrons et le Medef?

Ils évoquent, de façon non-exhaustive, "une situation financière confortable", avec des fonds bien supérieurs à leurs besoins de fonctionnement.

Ainsi, le produit destiné aux CCI provient de la taxe pour frais de chambre, aurait grimpé de 19% "en euros constants" entre 2002 et 2012… Encore des taxes sur les entreprises exangues ?

Les salaires, eux, auraient augmenté de 35% entre 2004 et 2012… Et le SIMC ?

Au total, le "trop-perçu" des CCI serait compris entre 132 millions d'euros et 206 millions d'€uros par an… une poire pour la soif ?
Une somme qui permettrait notamment de financer des activités marchandes déficitaires, une pratique "qui n'est pas conforme à la législation".

Pour mettre un terme à ces déviances, le rapport prône un certain nombre de mesures.

La plus marquante serait de réduire sensiblement le nombre de chambres de commerce et de l'industrie pour n'en maintenir qu'une seule par région d'ici à 2017, dans le sens de la réforme territoriale promise par François Hollande.

Rappelons qu'il existe aujourd'hui quelques 145 CCI sur le territoire national.

Mais encore, le rapport plaide en faveur d'une réduction de la taxe pour frais de chambre dès 2015, en vue de la diminuer d'un tiers dans les trois ans.

Ce qui pourrait permettre de réduire les charges des entreprises françaises, dans la droite lignée du pacte de responsabilité.


Les CCI(MEDEF) se rebiffent :

Devant ce constat les CCI, dans un communiqué publié mardi 27 mai 2014, dénoncent tour à tour "le démantèlement de l'économie sur le territoire", un "hold-up" sur l'argent des entreprises, ainsi qu'une "irresponsabilité" dans le traitement de la formation et l'emploi des jeunes, du fait de la réduction des moyens des écoles et des centres de formation et d'apprentissage.



Les CCI(MEDEF) non contentes d'avoir été repérées par 3 

patrouilles de contrôleurs se montrent menaçantes. 

 

Elles nous promettent de :

- Suspendre tous les travaux en cours avec le gouvernement.

- Se retirer de l'APCE.

- Ne plus promouvoir les politiques publiques, notamment le pacte de responsabilité.

- Ne plus transmettre les données relatives au fonctionnement des CCI, ainsi que les budgets exécutés en 2013.

- Ne plus rendre compte à l'État des missions mises en oeuvre auprès des entreprises françaises.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire