vendredi 17 janvier 2014

DES VERITES QUI DERANGENT


 

PACTE DE RESPONSABILITÉ

Quatre syndicats exigent la « conditionnalité » des aides aux entreprises




Avant la conférence de presse du président de la République, quatre syndicats - la CFDT, la CGT,  la FSU et l'Unsa - ont publié, mardi 14 janvier, une déclaration commune dans laquelle ils s'engagent à porter des "revendications et objectifs communs lors des discussions qui se dérouleront dans le cadre du pacte de responsabilité".



Laurent Berger (CFDT), Thierry Lepaon (CGT), Bernadette Groison (FSU) et Luc Bérille (Unsa), de rappel à François Hollande qu'ils n'entendent pas le laisser le gouvernement dans un face à face avec le Medef et qu'ils veulent participer aux négociations envisagées sur le pacte de responsabilité.

Ils exigent "la généralisation de la conditionnalité des aides et exonérations fiscales aux entreprises à la mise en oeuvre d'objectifs d'investissements économiques et d'investissements sociaux : créations d'emplois, qualification des salariés, politiques salariales dynamiques".

Et à la "remise à plat" de la fiscalité promise par Jean-Marc Ayrault, ainsi qu'une plus grande clarté et une plus grande cohérence dans le financement et les aides apportées aux entreprises pour soutenir l'investissement et l'emploi".



"Privilégier l'impôt direct"
Les quatre syndicats, sans entrer dans le détail d'une réforme de la fiscalité, jugent "indispensable de réhabiliter l'impôt, outil de la solidarité nationale" en privilégiant "l'impôt direct sur l'impôt indirect".
 
Le paradoxe c'est qu'ils ne veulent absolument pas admettre que les prélèvements obligatoires sont un IMPÔT INDIRECT, le patronat et les politiques ne le crient pas non plus sur les toits, pourquoi ? 
 
Elles réclament un nouveau barème de l'impôt sur le revenu, une évaluation des niches fiscales, une réforme de la fiscalité locale, la mise en place d'une "véritable fiscalité écologique" et un renforcement de la lutte contre la fraude fiscale (« économie souterraine »le black)... dont le montant est connu au million prés par Bercy.

Elles vont aussi lancer une campagne commune pour "promouvoir le plan d'investissement  proposé par la Confédération européenne des syndicats"
 
D'après un texte de Michel Noblecourt






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire