jeudi 21 février 2013

« Osons la simplification »

-->



Le degré zéro de la réflexion politique ayant été atteint, de même les sommets ubuesques quant il s'agit   mesurer la dignité  de nos politiques, il semble nécessaire de rappeler ici,  quelques idées simples quant aux réformes de l’Etat et la réduction des déficits ; ceci à un moment où l’ensemble des discours de la classe politique et des médias convergent abusivement vers une « impérieuse nécessité » de réduire la voilure quant à notre système de protection sociale tout en passant sous silence les réformes qui remettraient en cause les élites, leur statut, leur pouvoir et leur financement.
 
Les interpellations successives des deux camps consistant à accréditer l’idée qu’il existerait un camp de la réforme et du courage face à un camp de l’immobilisme et de la démagogie relèvent de l’escroquerie intellectuelle, surtout quant on sait que ce sont les ardents défenseurs de la cause sociale qui se font ainsi « taxer » de démagogues. Le niveau du débat reste confiné ainsi à ce qu’il y a de plus médiocre dans notre société, l’anathème, l’affirmation abusive, le credo, le dogme …
 
De tels propos puissamment relayés par des médias globalement complices, toutes tendances politiques confondues font fi du bon sens des électeurs. Si ceux-ci ont balayé successivement toutes les majorités de gauche et de droite à intervalles réguliers, il doit bien y avoir quelques bonnes raisons qui mériteraient une analyse un peu plus sérieuse qu’un « prétendu tempérament français  hostile à la remise en cause de ses acquis sociaux. » ! Encore une fois ce qu’il reste d’intelligence au débat public se trouve ainsi ramassé dans un poncif des plus désolant pour le pays de Descartes et de Voltaire.
 
Il serait aisé de citer à titre d’exemple la politique de mesures catégorielles dictées par le MEDEF sur les retraites, l’assurance chômage, l’assurance maladie, la recherche, la restauration, les velléités de charcutage du droit du travail.
Les 44 propositions du MEDEF, sont à aucun moment un quelconque projet collectif, équilibré pour une société susceptible de recueillir un consensus, inscrit dans le temps et tourné vers l’avenir.
 
UN ETAT PLUS SIMPLE, DONC PLUS EFFICACE.
 
Commençons par le plus simple et le plus évident : la suppression de l’échelon départemental (100 départements) et la création de 8 régions (au lieu de 22) dotées de pouvoirs réels dans le cadre d’une décentralisation effective. 
Une telle réforme placerait la France au même niveau d’organisation administrative que l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne et favoriserait une véritable coopération interrégionale dans le cadre européen.
Les français savent-ils que l’échelon départemental dans les DOM correspond au même périmètre que l’échelon régional, avec des hôtels, lieux de résidence des deux administrations qui se font face.
Outre la simplification administrative, la fluidité de la coopération inter-régionale dans le cadre européen, les économies de coût de gestion considérables à envisager, il y aurait là une lisibilité politique qui s’imposerait à tous.
 
Dans un même esprit faut-il rappeler la parcellisation extrême de l’échelon communal ?
 Avec 36 500 communes, la France détient le triste record européen de cet émiettement qui nuit à l’efficacité, la nécessaire productivité des moyens à mettre en œuvre dans les équipements collectifs et les politiques locales de développement.
Plutôt que cette multiplication à l’infini des formules d'intercommunalité (Sivom,…) à tiroir qui compliquent et alourdissent financièrement les coûts de gestion, il serait nécessaire d’opérer un regroupement autoritaire des communes.
 
Suppression de 30% de nos élus nationaux, l’échelon départemental et reduire à 8 nos régions dotées d’un véritable exécutif et des moyens financiers et d’action y afférents.
moins de communes et de véritables collectivités locales en milieu rural ayant l’autorité et les moyens financiers pour agir, telle serait une France moderne, active et en mesure de développer une politique sociale, culturelle et économique avec ses partenaires les plus proches de la communauté européenne.
Hormis la cohorte de notables touchés par ces réformes  qui peut s’opposer à une telle réforme ?
Deux objectifs seraient ainsi atteints : une très sérieuse baisse des coûts de fonctionnement de ces institutions, une meilleure lisibilité des POUVOIRS NATIONAUX ET LOCAUX.

 
UN ETAT PLUS MODESTE, DONC PLUS ÉCONOMIQUE.
 
Avec plus de simplicité, l’Etat pourrait se montrer plus modeste avant d’exiger de ses administrés des sacrifices sur leur système de retraite ou de santé. Des gouvernements plus restreints …mettons fin aux ministères gadgets relevant de la communication politique, lesquels sans administrations n’ont, non seulement aucun moyens d’agir, mais entravent l’action des autres ministères et pèsent inutilement sur les coûts de fonctionnement de l’Etat.
On a multiplié exagérément les établissements publics de tout ordre ( CESE,EPIC, EPA …), contrôlons les fonds dont ils disposent et plus particulièrement les réserves considérables qu’ils ont accumulés, stérilisant inutilement des fonds publics faisant cruellement défauts dans d’autres administrations. Nommons une mission d’investigation pour mettre fin à ces abus.
Enfin poursuivons la moralisation déjà entreprise des « fonds spéciaux », si une partie du travail a été fait en ce qui concerne les fonds secrets distribués aux cabinet ministériels, la même transparence et clarification devraient être entreprise en ce qui concerne les budgets de fonctionnement de l’Assemblée Nationale et du Sénat.
 
Sur l’ensemble des politiques, la cour des comptes établit chaque année la liste des abus et chaque année ceux-ci se poursuivent sans véritables conséquences pour leurs auteurs.
Un tel Etat lesté de « ces prétentions douteuses » serait sans aucun doute plus crédible pour entreprendre les « réformes douloureuses » dont on nous rabat les oreilles.
 

UN ETAT PLUS SOCIAL, DONC PLUS APAISE.

 
Faut-il rappeler cette vérité première, que la meilleure manière de réduire les déficits c’est de réduire le nombre des chômeurs.
La politique CAPITALO-LIBÉRALE DÉBRIDÉ mise en œuvre au nom d’une liberté d’entreprendre et pour une mondialisation l’économie mondialisée,  a consisté à mettre à la rue des centaines de milliers de travailleurs et d’en précariser un nombre tout aussi important.
Une réduction volontaire par une relance de l’emploi de 500 000, un million de chômeurs aurait un effet immédiat sur les comptes de la SS, les caisses de retraite et l’assurance chômage.
Le phénomène s’est déjà produit il y a quelques années lorsque Lionel Jospin comme Premier Ministre déterminait et conduisait la politique de la France.
 
Une politique sociale n’entraîne pas seulement des dépenses supplémentaires, elle génère aussi des effets-retours sur les déficits et les équilibres économiques ; qu’il s’agisse de la réduction du temps de travail.
Laquelle libère des emplois et génère une véritable économie du temps libre, ou de la retraite à 60 ans qui libère des emplois pour les plus jeunes et abonde de la même manière une économie du temps libre.
 
Les emplois jeunes ont fait la preuve de leur efficacité dans l’éducation notamment. Leur disparition a affecté gravement le fonctionnement des écoles, des collèges et des lycées.


L’absence de dialogue et d’écoute, le refus de la concertation, l’engagement de réformes portées par une haute administration autiste, coupée des réalités a un coût économique considérable direct par l’effet des grèves, indirect par la démotivation qui inévitablement s’installe.
Comment a-t-on pu laisser s’installer successivement un tel climat de désarroi chez les enseignants, les chercheurs? 
 

UN ETAT SIMPLIFIE POUR TOUS.

 
L’économie de « courte vue » qui prévaut aujourd’hui n’a pas la capacité d’envisager les économies « induites ». Dans une perspective strictement comptable, elle se refuse a comptabiliser l’impact d’un système scolaire amélioré, l’incidence d’une politique en faveur des personnes âgés sur les coûts de santé, l’effet du ferroutage en contrepoids de la surcharge des autoroutes.
 
Le Capitalo-Libéralisme Débridé impose à tous ses effets dévastateurs de l’accélération de son mode de pensée, de sa culture de « l’instant », de son déni de tout ce qui n’est pas comptable.
Comme toute idéologie il a réussi à pénétrer les esprits, il s’est joué de la chute du mur de Berlin et de la fin du communisme comme d’un argument définitif quant à son unique autorité sur le monde. En clair après avoir imposé le point de vue d’un monde qui serait ou noir ou blanc (ignorant obstinément le gris…) il a proclamé la victoire du blanc …
 
Et bien non, il n’y a aucune fatalité à accepter ce point de vue, certes obsédant, mais qui n’est qu’un point de vue dans un monde où se côtoient trente cinq milliards de variété de la vie …non, décidément non il n’y a aucune raison de croire que la régression sociale, la prétendue « mobilité » des individus seraient le seul point de sortie de la crise actuelle.
A l’absence de futur, au pessimisme tout terrain que nous côtoyons et à la régression sociale comme tout horizon, nous opposons résolument l’esprit de découverte, la conquête de nouveaux droits,  la liberté,  l’insolence, le savoir,  la connaissance, le progrès et la justice.



José GARCIA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire