mercredi 2 janvier 2013

Un Prix nobel pessimiste pour EU


M. Stiglitz n'exclu pas une nouvelles turbulences en zone euro en 2013.

Si la BCE et Merkel font de la poursuite des politiques d'austérité une condition à leurs financements, cela aura pour seule conséquence d'aggraver l'état du malade".

"Le vrai risque pour l'économie Europenne", sont les difficultés économiques en Espagne et en Grèce.
Ces pays se trouvent dans une dépression dont on ne voit aucun signe de sortie.

L'économiste américain a rejeté l'idée du pacte budgétaire, qui "n'est pas une solution", tandis que les rachats d'obligations d'Etats par la Banque centrale européenne ne peuvent être qu'un "palliatif temporaire".

Jusqu'à présent, les responsables politiques européens se sont pas parvenus à mettre en œuvre un vrai pacte de croissance pour les pays de la périphérie de la zone euro.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire