jeudi 4 juillet 2013

La Chine fait une indigestion de scandales alimentaires


De la mélamine avait été retrouvée dans le lait en poudre pour nourrissons de la marque Sanlu, qui était très populaire dans le pays.
Le composant chimique toxique, utilisé frauduleusement dans l'industrie alimentaire pour faire monter artificiellement le taux de protéines, avait entraîné la mort de six nourrissons et contaminé près de 300 000 autres, atteints de maladies chroniques.
La fraude, organisée à grande échelle, avait mis en cause vingt-deux sociétés laitières chinoises.
Depuis, même si le gouvernement s'est engagé à réprimer sévèrement les atteintes à la sécurité alimentaire, les laits étrangers sont préférés par des millions de parents, la diaspora chinoise déstabilisant le marché des produits infantiles et provoquant des ruptures de stocks dans plusieurs pays comme aux Pays-Bas, pour les faire parvenir a leurs familles en Chine ; d'ou des rationnements dans les supermarchés britanniques et australiens et des peines de prison pour contrebande de lait en poudre à Hongkong.



De son côté, l'industrie chinoise sort de ses frontières et investit dans des pays producteurs, comme la France où, après la Bretagne, la Normandie est à l'honneur chez les investisseurs de l'empire du Milieu afin de rassurer les consommateurs Chinois.
La Coopérative d'Isigny-Sainte-Mère a annoncé mercredi le renforcement de son partenariat avec l'entreprise chinoise Biostime.
D'un montant de 50 millions d'euros, l'accord prévoit la construction d'un nouvel outil industriel jouxtant le site actuel et permettant de multiplier par 2,5 les capacités de production de lait infantile dès janvier 2015.
Fin 2012, le producteur chinois de produits infantiles Synutra avait annoncé un investissement de 100 millions d'euros en Bretagne, près de Carhaix, en partenariat avec le groupement de producteurs laitiers Sodiaal dédié à la production de poudre de lait et de lactosérum pour la Chine.
Enfin, Pékin a présenté le mois dernier un plan censé restaurer la confiance des consommateurs chinois dans les laits "made in China".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire