vendredi 1 mars 2013

Les Etats-Unis d'OBAMA a la diète !!!

-->

  Ca y est, le « séquestre » est entré en vigueur, hier, à minuit. 

 
Faute d'accord sur la réduction du budget entre démocrates et républicains, des coupes automatiques de 85,3 milliards de dollars, vont commencer à entrer en application.
 
Avec une liste impressionnante de conséquences négatives potentielles, pour les Américains comme pour les touristes du monde entier qui se rendent aux Etats-Unis : du chômage technique pour des centaines de milliers d'Américains, notamment pour les civils qui travaillent pour le Pentagone, des horaires restreints pour l'accès aux parcs nationaux, des files d'attente plus longues aux aéroports par manque de personnel, à la fois aux contrôles de sécurité et dans les tours de contrôle, des aides à la recherche d'emploi suspendues, des intoxications alimentaires en hausse par manque d'inspecteurs sanitaires…
 
Aujourd'hui a lieu à Washington une réunion de la dernière chance : Barack Obama reçoit les leaders républicains et démocrates des deux Chambres, John Boehner et Mitch McConnell pour le G.O.P, Nancy Pelosi et Harry Reid pour les démocrates. 
 
Mais cette réunion intervient singulièrement tard.  

Pourquoi le président organise-t-il une réunion vendredi alors que le séquestre doit s'appliquer jeudi à minuit ? Soit il faut que quelqu'un achète un calendrier à la Maison-Blanche, soit c'est une plaisanterie. Les démocrates aurons au moins fait semblant d'essayer».
Le ton est donné. 
 
Reste à voir quel sera le véritable impact du séquestre. Les démocrates ont, volontiers, aligné les prévisions sombres : une amputation de 0,6 % de la croissance pour 2013, c'est plus de 750.000 emplois menacés, à un moment où le chômage refuse obstinément de descendre sensiblement de la barre des 8 %, selon le bureau du budget du Congrès.

Le FMI a, lui, estimé, hier, que la croissance américaine pourrait être en 2013 inférieure de 0,5 % à ce qu'elle aurait été sans les coupes. 
 
Il estime qu'il « y aura un impact sur la croissance mondiale. Les pays les plus affectés seront ceux qui ont les liens commerciaux les plus profonds avec les Etats-Unis ».

Le syndicat AFL-CIO a, poussé un coup de gueule, estimant que le séquestre allait toucher, en priorité, les Américains les moins bien payés et aurait un impact sur la consommation.

Ce qui préoccupe plus, désormais, les conjoncturistes, c'est l'approche d'une nouvelle échéance potentiellement plus dangereuse : le 27 mars. C'est à cette date que le texte provisoire sur lequel est basée l'exécution du budget, actuellement, expire. Il faut donc en voter un nouveau, et les républicains semblent vouloir partir sur une base minimaliste. 

Une nouvelle bataille pourrait donc s'engager au cours du mois de mars.

Avec, dans l'éventualité d'un échec, un gel pur et simple de l'appareil fédéral

L'Echec est là, voici les conséquences:


La marine au ralenti.
Les 800.000 employés civils de la défense devraient être mis au chômage partiel un jour par semaine, soit une baisse de salaire de 20% à partir de fin avril.


La Marine réduira le nombre de jours en mer de ses navires de 30 à 35%.
Le déploiement d'un second porte-avions dans le Golfe a déjà été annulé.
Et la maintenance des bases et équipements militaires est déjà différée, forçant les sous-traitants de la défense à licencier. Les militaires, en revanche, ne subiront aucune baisse de salaire.

La justice durement touchée.
Près de 115 000 fonctionnaires du ministère de la Justice ont reçu des notes officielles, envoyées la semaine dernière mais rendues publiques vendredi. 
Ils ont été informés de leur mise à pied pendant «pas plus de 14 jours ouvrables», entre le 21 avril et le 30 septembre.

Le FBI devra se serrer la ceinture. 
Les agents de la police aux frontières réduiront leurs heures pour l'équivalent de 5 000 temps pleins. Les services de l'immigration ont déjà relâché des étrangers en situation irrégulière qui avaient été arrêtés, en anticipation des coupes budgétaires. Le FBI perdrait l'équivalent de 1 000 agents.

Des postes d'enseignants supprimés.
L'Etat fédéral devrait supprimer des subventions dont dépendent environ 10 000 emplois de professeurs dans le pays ainsi que 7 200 professeurs spécialisés pour les enfants handicapés et d'autres personnels de l'éducation. Le programme de scolarisation Head Start, destinés aux enfants pauvres de moins de cinq ans, devrait être éliminé pour 70 000 enfants, provoquant la suppression de 14000 autres postes d'enseignants.

De longues files d'attente dans les aéroports. 
L'administration de la sécurité des transports (TSA) sera contrainte de mettre ses 50000 employés au chômage partiel jusqu'à un jour par mois. L'attente moyenne des passagers arrivant aux Etats-Unis pour passer les formalités d'immigration dans les grands aéroports augmenterait de 30 à 50% en moyenne, et pourrait dépasser 4 heures aux heures de pointe dans les plus grands aéroports comme Newark et John F. Kennedy à New York, Chicago et Los Angeles. Les contrôleurs aériens subiraient aussi du chômage partiel, provoquant la fermeture de plus de 200 petits aéroports, selon l'administration fédérale de l'aviation (FAA).

La recherche à la diète.
 Gel ou annulation de projets de recherche; des centaines de subventions en moins; retard des autorisations de mise sur le marché de médicaments.

Des risques accrus de contamination alimentaire.
Les inspecteurs sanitaires vont conduire moins d'inspections alimentaires. L'administration a prévenu que les maladies liées aux contaminations pourraient être plus nombreuses, citant les cas récents de salmonelle dans le beurre de cacahuètes et la présence de la bactérie Escherichia Coli dans des épinards bio.

Des parcs fermés.
Un grand nombre des 398 parcs naturels nationaux devraient être fermés partiellement ou totalement.


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire