vendredi 22 mars 2013

La dictature du sexe.




Dit faible !!!



Des hommes sur un simple coup de téléphone d'une femme à la police, et l’homme est en prison, perd son domicile, sa voiture, l’usage de son compte en banque.



« Il y a une sorte de folie dans la loi, qui génère de l’abus, l’élimination de l’administration de preuves pendant la procédure et l’absence de présomption d’innocence ».


S’agit-il de procédure contre des terroristes ? Non : il s’agit des lois de genre et de l’application du droit de visite des pères, soumis aux dictas de « POINT RENCONTRE »

Qui n'ont toujours pas d'existence légale, mais avec des prérogatives de sanctions octroyé par le juge !!!

L’exercice de juge aux affaires familiales est devenu une profession à haut risque si vous ne vous soumettez pas au lobby féministe.

Il y a un trop grand pouvoir mis entre les mains des victimes femmes avec les lois de genre, avec atteinte d’égalité et de justice. 

 
60% des quelques 100 000 plaintes pour violences domestiques et agressions sexuelles sur conjoint en instance de séparation sont fausses et elles font des victimes ( grands-parents, parents, enfants touchés par ce cauchemar).

Les lois de genres considèrent que l’homme est forcément, automatiquement coupable en cas d’accusation, sans preuve, et qu’il l’est parce en raison de la supercherie nommée domination masculine.

Ces lois passent pour légitimes dans un contexte de lavage de cerveau féministe, de contamination générale de la société par des mensonges maintenant bien connus. 

 
On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas. De telles lois discriminantes tuent la démocratie. 
 
On a connu les lois racistes, qui semblaient normales à une époque.
Les lois contre les juifs ne choquaient personne.
Aujourd’hui ce sont les lois contre les hommes.
Simplement parce qu’ils sont des hommes. 
 
Ces lois, issues du lobby féministe et votées par des politiciens opportunistes et lâches, sont une honte. 
 
En l’état, tant qu’elles n’auront pas été purement et simplement abrogées, il faut considérer qu’il n’y a plus de démocratie et que le féminisme est une dictature.

Des soit disant victimes on avoué avoir menti, accusant leur père , grand-père ou frère de viol.

Ils ont passé de nombreuses années de prison avant des aveux de mensonges.
Les menteurs ne seront pas poursuivis.
 
Selon les lobby, c’est pour ne pas décourager les victimes de viol à déposer des plaintes !

Que l’on ait détruit la vie d’un homme, x années de prison pour rien, n’est visiblement pas important.
Ce sont des cas parmi beaucoup d'autres.


De plus en plus d’hommes et de pères sont touchés par cette violence pénale et légale, par cette société à deux vitesses.
Faudra-t-il une révolution masculine pour faire cesser cette situation ? 
 
A sentir la révolte qui monte et le matraquage féministe continu, c’est probable.

Il faudrait d’ailleurs faire une étude pour chercher le lien éventuel, hormis l'alcool, entre la répression contre les hommes et la violence que certains d'entre eux (1-2%) exercent contre des femmes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire