lundi 2 juin 2014

UN CONSTAT AFFLIGEANT




FRANÇAIS, VOUS VOUS ÊTES


 INFLIGE UNE BRANLÉE


  MONUMENTALE



Lors des dernières élections européennes, après

 les municipales, les français ont adressé à la 

 5ème Republique 

« une fin de non recevoir ». 

 

Une sanction vis-à-vis de la politique gouvernementale injustifiée, mais aussi une sanction vis-à-vis des Non-Miracles que les hommes politiques ne peuvent plus tenir !. 
 

Cette sanction est lourde de menace pour notre avenir, car les solutions à notre desenchantement sont connues et les moyens à mettre en œuvre aussi, mais nos concitoyens ne veulent pas en payer le prix…et à en souffrir ?

Le vote du 25 mai 2014, est catastrophique pour toute l’Europe, il est l’expression d’une incompréhension et d’un rejet profond de la mondialisation : refus de vouloir assumer nos erreurs collectives et d'en souffrir un peu.

Les français ont sanctionné l'impossibilité de la non-distribution des richesses, de la séparation incomplète des banques, de l’austérité, de la non-inversion de la courbe du chômage, de l’augmentation de la TVA, de l’allongement des retraites, de l’absence de retour de la croissance… de l'absence de miracle !


La croissance, la loi de « l'offre et la demande » sont les piliers du dogme Capitalo-Libéralisme Débridé, et 90 % des gouvernements du monde y adhèrent . Une bonne partie de la gauche n'a pas le choix d'y adhérer. La Gauche continue d’ailleurs de se méprendre sur beaucoup de sujets économiques. 
 

Cela fait 40 ans qu’une croissance durable a disparu, il est temps d’admettre qu’elle pourrait ne jamais revenir et d’arrêter de tout miser sur son retour, en évitant les aventures financières, qui se transforment en catastrophe économique. 
 

Travaillons à améliorer dès à présent le vivre ensemble, sans croissance, dans ce contexte qui s’impose à nous depuis maintenant 40 ans.
Se faisant collectivement, nous redonnerons un sens à notre démarche politique, nous redonnerons une perspective aux Européens. 
 

Les français se mettent en danger à ne pas comprendre ou à refuser d’admettre le changement fondamental de notre monde .

Car nous vivons un moment historique, aux conséquences irrémédiables.

Les partis traditionnels n'ont plus la faculté de faire des miracles économiques.

Par leurs pratiques, les partis ont donné des signaux mensongers aux électeurs.

Le PS en refusant de dire la vérité sur la politique gouvernementale qu'on lui imposerait au vu de nos bilans.

Les militants PS pléthoriques, incapables de recevoir et d'adhérer à un discours de vérité,

bafouant ses propres règles en matière de cumul des mandats, et cautionnant des pratiques lors de la constitution des listes. Sa rhétorique misérabiliste permanente ; ils ont oublié que « le socialisme c’est chercher la vérité et la dire », c'est INTERDIT ! 
 

De la même manière l’UMP, à travers ses dernières affaires, a démontré qu’il continuait d’user de pratiques dont les français ne veulent plus entendre parler, mais ils sont incapables d'assumer les coûts d'un parti (des cotisations ridicules et symboliques).

En prenant conscience de cette situation et en agissant sur le nombre de nos élus, sur leurs prérogatives, leurs rémunérations et le nombre de leurs collaborateurs et des sanctions qu'ils encourent en cas de manquement à l’Éthique et à la Probité de leur fonction « ELU DE LA REPUBLIQUE », cela améliorerait la situation !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire