jeudi 16 mai 2013

URGENCE ET POLITIQUE

-->


La crise politique il faut aller la voir au plus près.

Prendre le pouls du malaise entretenu par des fantasques qui touche tout le pays, au point de le paralyser.

Un an après l’élection de François Hollande, la France se vit en crise existentielle permanente, sociale, économique, morale et un dépit politique fantasmé .

Le président «normal» n’a pas pu pour l’instant, gagner la confiance de ses compatriotes en urgence de réformes et de solutions instantanées.

Elu avec 51,6% des voix, il recueille aujourd’hui moins de 25% d’opinions favorables.

Pris dans l’étau du chômage, des diktats européennes ou encore des affaires de fric.

Dressons le constat de ce marasme persistant pour en comprendre ensuite les réalités

Certain esprits chagrins, les déclinologues et les pétainistes leur seule certitude, c’est qu’il y a urgence. Notre Bayrou national a même estimé que LA PATRIE ÉTAIT EN DANGER !!!

Car c'est inéluctable les désillusions actuelles vont faire le lit des populismes de gauche et de droite lors des prochaines échéances électorales.

Ses faux amis lui recommandent d'apprendre à se retrouver dans le dialogue, plutôt que de s’enfermer dans l’affrontement s'il ne veut pas faire le jeu du FN.

On lui recommande l’écoute du mal-être qui grandit chaque jour un peu plus. Mais comment faire lorsque les réponses ne peuvent pas satisfaire instantanément.

Parce que, au-delà des querelles de clocher, le débat sur l’austérité ou la relance qui agite le Vieux Continent se traduit par des situations individuelles souvent pénibles c'est le lot de toute les crises majeures, elle n'est pas aussi dramatique qu'en Grèce, Espagne et Portugal .

Dans leur vie quotidienne, les Français exigent toujours un signal positif, une direction urgente.

Il y a un an, François Hollande avait promis une nation plus apaisée, après le sarkozysme débridé.

Pour de nombreux français il aurait clairement échoué, tout à leurs urgences de solutions instantanées..mais qui ne doivent les toucher pas personnellement !

Une solution instantanée réduire de 10% le salaire de tous nos fonctionnaires toute l'UE conservatrice applaudirait.

Le hollandisme a tracé sa voie, le train tarde à arriver à son but,

En fin de compte une victoire des droites aux municipales de 2014, serait le meilleur remède pour soigner l'urgence des français.

Ce sera alors a qui virera le plus de fonctionnaires municipaux ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire