vendredi 19 octobre 2012

FRANCAIS et SOCIALISTE


LE JOUR OU ON EST FIÈRE DE L’ÊTRE

Justice et vérité



Ce ne sont que quelques mots, 44 exactement, que l’on peut juger ambigus et frileux. 

Il reste que pour la première fois, cinquante et un ans après le massacre de centaines d’Algériens par la police française le 17 octobre 1961, la République par la voix du chef de l’Etat «reconnaît ces faits».

Ainsi prend fin la censure officielle, le silence d’Etat qui a, des années durant, occulté ces meurtres et noyades de manifestants qui défilaient pour l’indépendance de leur pays colonisé. 
Des années durant, pouvoirs de droite comme de gauche, police et justice ont interdit et étouffé la vérité. 

Aujourd’hui encore, le bilan de cette effroyable répression n’est pas établi.

Il a fallu le travail d’historiens, écrivains et journalistes courageux comme Paulette et Marcel Péju, Jacques Panijel, Jean-Luc Einaudi, Michel Levine, Jean-Louis Péninou (de Libération), Didier Daeninckx pour démasquer ce mensonge d’Etat. 

Aujourd’hui, certains à droite, les descendants des Maurice Papon, Michel Debré et Roger Frey, qui furent les exécuteurs de ces massacres, condamnent le geste de justice et d’apaisement de François Hollande. 

Tout comme ils ont condamné ses déclarations sur la rafle du Vél d’Hiv pourtant dans la droite ligne des mots courageux de Jacques Chirac. 

Comme si l’histoire collective et tourmentée d’un vieux pays pouvait se construire sur des mensonges et des dissimulations. 
Cette nuit du 17 octobre appartient à une histoire commune et adverse aux Français et aux Algériens, à leurs enfants aussi. 

La France leur devait justice et vérité.

18 octobre 2012 LIBERATION
Par François SERGENT

Merci Monsieur le Président.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire