mardi 29 décembre 2015

Toujours inapplicable, mais…




AVEC + de 90 %

D'OPINION FAVORABLE

la déchéance de nationalité

est donc majoritaire chez les Militants 

Socialistes


Notre PRESIDENT et Manuel Valls ont donc vu juste ?


le Premier ministre, en bon politique avait raison en affirmant, 
lundi dans une tribune sur Facebook, que sa proposition 
d’étendre la déchéance de nationalité aux binationaux nés en 
France «recueillait une très large adhésion parmi les Français»  
et donc de militants socialistes ?


Depuis mercredi, jour de la confirmation par le couple exécutif de son intention d’inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité pour les terroristes - tout en incluant ceux nés sur le sol français -, la planète socialiste semble tourneboulée.
Mais si Benoît Hamon, Martine Aubry et, de façon moins attendue, Julien Dray puis Jean-Marc Ayrault se sont prononcés farouchement contre cette initiative, les militants socialistes interrogés par Libération paraissent beaucoup moins tiraillés.

Les volte-face de l'exécutif

16 novembre François Hollande s’adresse aux parlementaires réunis en Congrès.
Il annonce plusieurs mesures dont la «déchéance de nationalité» pour tout individu responsable d’actes terroristes. «Il faut pouvoir le déchoir même s’il est né français, dès lors qu’il bénéficie d’une autre nationalité», affirme le chef de l’Etat.
18 décembre François Hollande laisse entendre à des visiteurs que l’idée d’étendre la déchéance aux binationaux nés en France est abandonnée.
22 décembre La ministre de la Justice, Christiane Taubira, annonce, sur une radio algérienne, que le projet de révision constitutionnelle «ne retient pas» l’extension de la déchéance de nationalité ( au nom de sont inutilité et de la mise mal de nos nombreuses Conventions Internationales que nous avons ratifier).
Les sondages tombent et tous donnent les même chiffres +90 % des français sont pour !
23 décembre La «déchéance» figure bien dans le texte présenté en Conseil des Ministres. Indignation et hostilité de nombreuses associations et personnalités.
27 décembre Dans le JDD, Manuel Valls affirme qu’«une partie de la gauche s’égare au nom de grandes valeurs» en oubliant le peuple.



Maintenant laissons le processus législatif se poursuivre, cela va être un grand moment de pédagogie républicaine et de vraie démocratie, les deux assemblées doivent d'abord approuver le même texte à la virgule près, puis l'approuver à la majorité des 3/5ieme par le CONGRES...Ou un référendum ...



D'après un texte de N RAULIN, L PEILLON, R LAÏRECHE

1 commentaire:

  1. Pouquoi ne pas déchoir de la citoyenneté plutôt que de la nationalité

    RépondreSupprimer