jeudi 1 décembre 2016

GRAMSCI



«Le vieux monde se 

meurt, 

le nouveau monde tarde à 

apparaître

et dans ce clair-obscur 

surgissent les monstres» 


 Si nous voulons éviter la prolifération des monstres, nous devons réinventer l’idée socialiste.
Le socialisme du monde d’hier ne peut être celui du monde de demain.
Le socialisme du XIXe siècle était l’enfant des Lumières, de la révolution industrielle et de la foi dans le progrès technique.
Un nouveau socialisme doit aujourd’hui apparaître.
Un socialisme qui, fidèle à la tradition de 1789, sera en mesure de répondre aux révolutions écologique, économique et numérique qui se présentent.
Un socialisme qui pensera le retour de la puissance publique dans la mondialisation libérale et en Europe.
Un socialisme qui imaginera les sécurités de demain dans un monde social de plus en plus volatil.
Un socialisme qui refusera toujours d’opposer égalité et liberté, social et sociétal.
Un socialisme qui sait que seul le respect et la promotion de la laïcité permettent à chacune et à chacun de partager un monde commun.
Un socialisme qui reposera, plus que jamais, sur la promotion de services publics forts et puissants, piliers d’une République sociale et solidaire.
Tout le monde ne sera pas demain entrepreneur ou milliardaire, mais quelle importance ?
Dès lors que chacun a le pouvoir et les moyens de devenir, par le travail et l’engagement, ce qu’il est et ce qu’il veut être.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire