lundi 22 août 2016

LA PUDEUR





C’est l’Esprit qui rougit du Corps»
 

Alors que l’époque est au porno, à l’épilation intégrale

et au burkini, dans une société tiraillée entre l’obscénité

et la pudibonderie, le philosophe fait l’éloge de la pudeur,

jeu subtil de voilement et de dévoilement.

 

Eric Fiat en parle avec d’infinies précautions. 
 
Il l’admet, il «aime bien les imparfaits du subjonctif, le beau français», reconnaît que ses «références sont un peu datées».
Et puis, au fil de la discussion, on se dit que le philosophe sied à merveille au sentiment dont il fait l’éloge, la pudeur.
Il use des mots avec tact pour parler d’elle.
C’est qu’il ne faut pas la brutaliser, sinon le charme s’évanouit.
On ne la dissèque pas, mais on l’apprivoise, on l’effeuille, et alors on la débarrasse de la décence, la coquetterie, la pudibonderie.
Elle est un trouble de l’âme avant d’être un trouble à l’ordre public.
Délicieusement érotique, est-elle plus dans le burkini ou le maillot de Mme Macron en une de Paris Match ?
Parmi les raisons invoquées par les personnalités politiques
Pour justifierl’interdiction du burkini sur les plages figure «le respect
des bonnes mœurs».
Est-ce à dire que le bikini y serait plus conforme ?
La raison invoquée par les femmes qui portent le burkini est souvent la pudeur.
Au milieu de corps dénudés, un burkini, cela se remarque.
La pudeur peut-elle être ostentatoire ?
La pudeur est une notion presque insaisissable…
Et, en cela, elle est l’essence de l’homme.
Peut-on parler d’un regard pudique ?
La pudeur aiguise aussi le désir.
Alors, elle est belle parce qu’éphémère ?
L’épilation intégrale est devenue la norme.
Est-ce la nostalgie d’une vie sans pudeur ?
Avec l’étalage sur les réseaux sociaux, le porno, la télé-réalité, est-ce le temps de
l’impudeur ?
L’époque est aussi au contrôle de l’image et à la communication. Sommes-nous
dans une société aussi coquette et adolescente ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire