mercredi 11 avril 2012

BANQUE POUR LA JEUNESSE


BANQUE POUR LA JEUNESSE

Sarkozy promet de créer une "Banque de la Jeunesse " qui accorderait à tous les étudiants des prêts sans caution pour financer leurs études .

Evidemment, cela permettrait au gouvernement d'augmenter sans états d''âme les droits d'inscription à payer chaque année à la rentrée universitaire tout en différant pour le plus grand nombre de jeunes l''entrée dans la vie active et l''inscription comme demandeur d''emploi. Une bonne chose pour ceux qui voulaient vraiment faire de longues études mais une très mauvaise pour ceux qui s'endetteraient uniquement pour échapper provisoirement au chômage-galère, le RMI/RSA n'étant accordé qu'après l'âge de 25 ans . Evidemment, cela coûterait moins cher à l''Etat qu''une augmentation des bourses d''études cadeaux pour les étudiants pauvres .

Sarkozy annonce donc un emprunt de plus pour la survie à crédit d''une majorité des jeunes Français , les jeunes pauvres, qui disparaitraient,ainsi, le temps de leurs études, des chiffres des demandeurs d''emploi.

A l''image de la finance européenne, le système ne tient donc que par des emprunts de survie renouvelés à l’infini, même remboursés partiellement à seulement 25% comme pour la dette grecque , un peu valant mieux que rien, jusqu’à n’être plus remboursés du tout

En 2007, alors que s''annonçait la crise des subprime aux Etats-Unis, Sarkozy avait déjà voulu nous précipiter dans le gouffre des prêts hypothécaires jusque-là interdits en France (une France de propriétaires) ...

Il veut maintenant suivre l''exemple américain des prêts étudiants accordés à la pelle .

Il ne peut ignorer qu'aux USA, après celle des prêts subprime et Alt-A non remboursés, une troisième bombe à retardement serait celle des prêts étudiants non remboursés faute d’emplois, ou du moins d’emplois dont la rémunération correspondrait au coût des études entreprises. Les petits jobs précaires ne le permettent pas . Plus de 867 milliards de dollars de dette étudiante, ce n''est pas rien . Pour les étudiants américains, garçons et filles de famille pauvre, il ne leur suffirait donc plus de s’engager quelques années parmi les Peace Corps, comme dans les années 70-80, pour rembourser leurs études . Sans doute sont-ils devenus trop nombreux .

La bombe à retardement de la dette étudiante américaine devrait donner à réfléchir aux hommes politiques français qui veulent endetter nos étudiants pour …275 ans par la création d’une Banque de la Jeunesse qui leur accorderait des prêts sans caution et censée, promis, juré, ne leur prélever que 7€ de remboursement par mois quand leur futur salaire est inférieur à 1SMIC 1/3. A+


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire