lundi 26 décembre 2011

Contre toute attente, la France se distingue car ses collectivités sont les moins déficitaires d'Europe.



36.697: c'est très exactement le nombre de communes en France. Un record en Europe. 40% des villes et villages européens sont… français. Par comparaison, l'Allemagne compte 11.553 communes, l'Italie 8094 et l'Espagne 8116, comme le montre une étude de la banque Dexia. Du coup, les communes françaises affichent une moyenne de 1770 habitants, contre 5630 dans les communes de l'Union européenne. Les divers gouvernements français se sont toujours refusé à forcer les villes et villages à fusionner. Ils ont préféré créer un niveau supplémentaire: l'intercommunalité.
Ces groupements de communes assurent un nombre croissant de compétences, comme les transports (bus, tramway, métro), la gestion des déchets et de l'eau, l'urbanisme, etc. Les intercommunalités lèvent aussi de l'impôt et, notamment, la taxe d'habitation, les taxes foncières et les taxes remplaçant la taxe professionnelle. Aujourd'hui, moins de 5% des communes françaises n'appartiennent pas à une intercommunalité. Toutes devront en faire partie au 1er juin 2013, comme la loi le dispose.
L'intercommunalité est souvent accusée d'avoir généré des doublons de personnel. Toutefois, une étude de l'ADCF (Assemblée des communautés de France) nuance le constat, en soulignant que les effectifs ont davantage augmenté dans les communes isolées que dans les territoires organisés par l'intercommunalité. Et de conclure que l'échelon communal a embauché d'abord pour répondre à de nouveaux besoins de la population, comme la création de crèches en milieu rural ou le tri sélectif des déchets.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire