samedi 9 septembre 2017

400 mots de vocabulaire ou une orthographe defaillante


Une entreprise sur deux touchée par l'illettrisme et tout le monde (ou presque) s'en fout, Sauf Macron !!!

 

Un sondage inédit, réalisé par CSA 
Research pour le compte de la 
délégation interministérielle à la 
langue française pour la cohésion 
sociale, indique que ce phénomène 
touchant 1,5 million de personnes en emploi est sous-estimé et que 
les correctifs font défaut.
Un scandale, surtout à l'ère de la 
révolution numérique.


Un scandale, une honte, un fléau...
L'illétrisme, néologisme inventé en 1981 par ADT Quart-Monde pour qualifier les personnes qui ont été scolarisées en France mais n'ont pas une maîtrise suffisante de la lecture, de l'écriture et du calcul pour être autonomes dans la vie, est plus répandu qu'on ne le croit.
Et ce, bien que l'illettrisme a été érigé en grande cause nationale en 2013.
Les rares chiffres disponibles, qui remontent au début de la décennie et sont tirés de l'Agence Nationale de lutte contre l'illétrisme, permettent de simplement effleurer l'ampleur du phénomène: 7% des Français de 15 à 65 ans concernés, soit 2,5 millions de personnes dont 1,5 a un emploi; 10% dans l'agroalimentaire, 8% dans l'agriculture et l'industrie, 5% dans le commerce; 9% des hommes, 6% des femmes et 10% des chômeurs; 53% ont plus de 45 ans et 4% entre 18-25 ans; 90% ne vivent pas dans les quartiers ciblés par la politique de la ville mais en zone rurale… Mais plus de 5 millions de chômeurs qualifiés et compétents sont exclus de l'emploi pour cause d'orthographe défaillante !!!
La question, dérangeante et cruciale, du poids de l'illettrisme en entreprise n'avait jusqu'alors jamais été vraiment posée . En tout cas jusqu'à ce que T LEPAON, l'ex-secrétaire général de la  CGT nommé à l'automne 2016 par Manuel Valls délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale, engagé depuis plus de 20 ans dans la lutte contre l'illettrisme, commande une étude au pôle Society de CSA Research pour tenter de mesurer «la perception de l'illettrisme dans le monde du travail».
Et ses résultats, font littéralement froid dans le dos et démontrent que l'objectif public de diviser par deux le taux d'illettrisme en France (soit 3,5% en 2025) est loin d'être gagné.
Voici les 15 chiffres les plus marquants de la première enquête réalisée sur l'illettrisme dans le travail.
» 51% des organisations interrogées ont déjà été confrontées à des salariés ou des agents qui avaient des difficultés à lire et écrire.
Soit la moitié des entreprises et administrations publiques en France!
Le taux grimpe même à 68% dans les organisations de 50 employés ou plus, et 67% dans le secteur de l'entretien et nettoyage.
» 57% des répondants jugent que ces difficultés à lire et écrire constituent un risque professionnel pour la santé physique des salariés (68% dans le BTP) et 69% pour leur santé psychologique (82% dans les administrations publiques).
» 27% des organisations sondées jugent que l'absence de compréhension des consignes écrites (23% pour les consignes orales) en français pose régulièrement un problème pour le bon fonctionnement de l'entreprise ou de l'administration.
» 25% des entreprises et administrations publiques jugent que l'utilisation des outils numériques (navigation sur internet, usage de logiciels de base comme le traitement de texte...), de plus en plus régulière et fréquente, y compris pour des métiers peu ou pas qualifiés, pose aussi un problème pour leurs salariés et agents illettrés.
Ce taux grimpe même à 48% pour les administrations publiques et 38% dans les seuls Services à la personne.
» Seules 14% des organisations répondantes ont toutefois mis en place des actions de repérage pour détecter les personnes ayant des difficultés à lire et écrire.
Sans surprise, le secteur de l'Entretien et du nettoyage est à la pointe de la prévention (45%) et les entreprises de plus de 50 personnes (27%).
Pour que les organisations se mobilisent, il faut que les situations se multiplient: 39% des entreprises et administrations publiques concernées à plusieurs reprises ont déployé un processus de repérage en interne.
» Et lorsque des actions de repérage sont lancées, elles le sont dans 83% des cas décidées par la direction de l'entreprise ou de l'administration, la DRH (60%) ou les managers (58%).
» Face à l'ampleur du phénomène, pas moins de 91% des entreprises et administrations considèrent que la lutte contre l'illettrisme est un enjeu important (39% qu'elle doit constituer une priorité à l'avenir et 52% que le sujet est important sans pour autant être une priorité).
» Pourtant, leurs décideurs ne sont que 38% à avoir été sensibilisés à la question de l'illettrisme, avec un gros déficit d'information pour les secteurs de l'agriculture et de l'hôtellerie/restauration (31% et 34%), comme pour les entreprises de moins de 10 salariés (29%). À l'inverse, les plus sensibilisés ont été les dirigeants des entreprises de plus de 50 personnes (58%) et du secteur de l'entretien/nettoyage (53%).
» Seuls 26% des décideurs de ces organisations sont toutefois capables de mesurer à peu près correctement l'ampleur de l'illettrisme dans le monde du travail, en estimant que le phénomène touche plus d'un million de personnes en France. 29% jugent qu'il concerne «quelques milliers» de salariés et agents, et 4% que «c'est marginal».
» Enfin pour 44% des répondants, ce sont les services de ressources humaines, devant les directions d'entreprise ou d'administration (32%) et la médecine du travail (27%), qui devraient intervenir prioritairement pour s'occuper des personnes ayant des difficultés à lire ou à écrire dans leur organisation.
Ces chiffres, inédits et dramatiques, démontrent qu'il reste encore beaucoup de pédagogie à faire et que l'État devrait sans doute mettre un peu plus que 110 millions d'euros par an de crédits pour lutter contre le cancer de l'illettrisme dans le pays...et plus particulièrement des ayatollah de l’orthographe parfaite dans le monde du travail.
Méthodologie: questionnaire administré par téléphone entre le 21 août et le 1er septembre, auprès d'un échantillon de 600 entreprises privées et administrations publiques (dirigeants, responsable RH, secrétaire de CHSCT et élus) représentatives des secteurs identifiés représentant près de la moitié des personnes actives (Agriculture, Industrie, BTP/Construction, Hôtellerie et restauration, Entretien et nettoyage, Services à la personne, Fonctions publiques territoriales et hospitalières).
Dans le monde d'aujourd'hui ces personnes sont inemployables et seront au RSA toute leur vie !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire