samedi 16 août 2014

Un reste de racisme colonial




Un vieux relent de racisme colonial



qui ne veut pas dire son NOM




Il reste quelques centaines de pupilles de la 

nation qui se sentent aujourd’hui encore au

 banc de notre nation . 

 

Nous commémorons le 70ème anniversaire des 

débarquements 
 

A cette occasion, nous nous rappellerons que ce 

sont des milliers de morts pour la FRANCE 

venant de nos colonies pour que nous 

retrouvions notre liberté.



y a quelques années, la sortie du film Indigènes allait avoir pour 

conséquence l’octroi des mêmes retraites aux combattants, quelle que 

soit leur nationalité : une injustice pesante était ainsi réparée.


Il leur a été fermé la porte à l'octroit de la nationalité française aux 

enfants des indigénes qui ont lié par leur sacrifice leur destin à celui 

de la nation et devenus étranger lors des indépendances...
 

Concrètement, une pupille de la nation vivant à l’étranger ne peut 

aujourd’hui obtenir la nationalité française, même s’il la demandait, et 

peut même faire l’objet d’un arrêté de reconduite à la frontière, s’il se 

trouve sur le territoire national ! Cela s’est produit à plusieurs reprises.


Cette situation du droit de la nationalité est contraire avec notre 

conception de la nation qui pose le principe qu’est français celui qui 

appartient à la communauté nationale. 
 

Comment est-il donc possible d’en exclure les enfants, adoptés par la 

nation, de ceux qui ont payé de leur vie leur combat pour notre patrie ? 

 

Ce sacrifice ne suffirait-il pas à témoigner de leur appartenance à 

notre communauté nationale ?

Logique dans notre conception de la nationalité, cette évolution serait 

la juste réparation d’une blessure qu'ils portent pour qu’ils soient 

«Pupilles de la Nation» sans pouvoir être français.


La proposition de loi du Sénateur J-Y LECONTE vise à corriger ce qui

doit être considéré comme une indignité de notre code de la 

nationalité. 
 

Ce n’est pas une invitation à la remise en cause des modalités de notre 

code de la nationalité qui furent prises, parfois douloureusement lors 

d'une indépendance tragique .


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire