mardi 18 février 2014

Inéluctable parcours d'un enfant de l'ETAT ?



Accusé de viol sur sa belle-fille de 15 ans

 

l’accusé se livre peu. Il résume sa vie en quelques mots : un placement à la DDASS à trois ans, un père violent, une mère alcoolique. Puis, les familles d’accueil, le placement dans des foyers pour adolescents difficiles.
Et, à 18 ans, une condamnation, lourde, prononcée par une cour d’assises : six ans pour coups et blessures volontaires.
Dans un squat où vivait sa mère, qu’il avait finie par retrouver, il donne un coup mortel au frère du compagnon de celle-ci.
Il quitte la rue pour la prison. Quatre ans plus tard, il quittera la prison pour retourner dans la rue.
Errance, alcool, ruptures, solitude : c’est son lot quotidien. Mais un jour, à Pamiers, la maman de Cécile lui donne la pièce, engage la conversation.
Ils sympathisent, ils resteront ensemble pendant six ans.
L’alcool fait partie de leur «langage commun».
Mais, il s’arrêtera de boire pour elle. Cinq années entières. Jusqu’au jour de leur rupture. Jusqu’au jour du viol.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire